Introduction

cowboys

Un air de webstern, la créativité contre l’opportunisme déloyale !
là ou la justice n’ose pas vraiment s’aventurer…

Internet nous rend-il plus intelligent ?

Alors qu’Internetest né d’un projet militaire dans les années 60, cette arme de communication s’est énormément développée jusqu’à en faire aujourd’hui un réseau presque illimité de connaissance. Il faut bien reconnaitre qu’Internet est un excellant outil de communications, d’informations et d’échanges.

En effet grâce à Internet de nouvelles idées et de nouveaux concepts ont pu être exposé à un large public nécessitant seulement une connexion à Internet. Bien que ce progrès révolutionnaire soit un tournant dans le monde de la communication, le web connaît certaines limites. Du cybersquatting à la bêtise numérique, de nombreux jeunes se font avoir en pensant contrôler cette arme alors qu’ils ne sont pas vraiment maîtres de leurs actions.

L’intelligence ici peut être définis comme une qualité mentale nous permettant la compréhension, la réflexion ainsi que l’adaptation de nos comportements par rapport à une finalité.

Voir l’article original

Publicités

Driver4you Partners


Nous recherchons des Chauffeurs sur Bruxelles

Conditions requises :

Avoir au moins 30 ans.

Permis de conduire (depuis plus de 5 ans) avec sélection médicale valide.

Avoir l’autorisation de transport de personnes (au titre de chauffeur LVC).

Inscription à la Chambre des Commerces (statut indépendant Complémentaire).

immatriculation de votre véhicule en (TL).

la souscription d’une assurance RC Pro.

Driver4you Partner vous donne accès à la Plate-forme de mise en relation,     Système de reservation online et apps drivers.

Veuillez nous contacter via le formulaires de contact

Cybersquatting ou le (détournement de marque sur internet)

Le « cybersquatting » consiste à l’enregistrement abusif et / ou spéculatif d’un nom de domaine correspondant à un droit antérieur comme une marque enregistrée, une dénomination sociale ou un patronyme (« celebrity squatting »).

L’écriture du nom de domaine cybersquatté reprend la marque strictement à l’identique dans une extension internet (ex : marque.com), la contient (ex : marque-online.com) ou bien la présente sous une variante typographique (ex : mraque.com). La reprise à l’approchant d’une marque dans un nom de domaine est nommée « typosquatting ».

cybersquatteur

Le cybersquatteur utilise le nom de domaine litigieux pour différentes pratiques frauduleuses. Le détournement de trafic internet et de clientèle via une page parking(page publicitaire constituée de liens commerciaux) fait partie des préjudices en ligne subies par la marque. Le nom de domaine cybersquatté peut aussi être déposé pour vendre de la contrefaçon sur internet dans des secteurs aussi variés que la mode, les médicaments, les cigarettes ou les téléphones. Le vol de données personnelles et / ou bancaires (« phishing ») est souvent pratiqué via un nom de domaine cybersquatté. Le « cybersquatting » peut aussi relever du dénigrement ou de la diffamation en détournant l’internaute vers du contenu adulte (« pornsquatting ») ou en appelant au boycott.

Les titulaires de marques peuvent mandater un cabinet juridique spécialisé (avocats, conseil en propriété industrielle) pour résoudre un litige de nom de domaine. La récupération du nom de domaine cybersquatté peut se résoudre à l’amiable par un rachat ou une procédure précontentieuse.

Il existe aussi des procédures extrajudiciaires basées sur les principes UDRP (« Uniform Domain-Name Dispute-Resolution Policy ») pour juger les noms de domaine cybersquattés. Cette procédure payante (1 500 $) à la charge du propriétaire de la marque est jugée sous deux à trois mois par deux centres principaux : l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI, « WIPO » en anglais) à Genève et le NAF aux États-Unis. Les décisions sont rendues à 90 % en faveur des requérants qui obtiennent le transfert ou l’annulation des noms de domaine cybersquattés mais sans dommages-et-intérêts. Les marques victimes de cybersquatting peuvent aussi engager des actions en justice plus longues auprès des tribunaux compétents.